La filière engagée dans la préservation de l’environnement

Créée en 1976, ANIFELT est reconnue association interprofessionnelle nationale agricole par le français, ainsi que par l’Union européenne.

L’ANIFELT regroupe six filières spécifiques du secteur des fruits et légumes transformés : betterave rouge – ADIB, bigarreaux, pèche, poire d’industrie confits et en conserve – ANIBI, champignon de couche – ANICC (CTC), pruneau – BIP, tomate d’industrie – SONITO, 15 légumes verts en conserve et surgelés – UNILET.

Chacune de ces filières est organisée sous forme d’interprofessions courtes, dans un schéma vertical fondé sur la spécialisation variétale, l’implication directe des acteurs économiques (producteurs et transformateurs), la contractualisation avant campagne.

UNILET est membre fondateur d’ANIFELT.

L’ANIFELT est l’instance qui coordonne la stratégie nationale globale de la filière, et c’est à ce titre qu’ANIFELT a été chargée de co-construire le plan de filière Fruits et Légumes.

La filière des légumes en conserve et surgelés s’est largement engagée dans cette stratégie nationale portée par l’interprofession.

  • Recherches et expérimentations : leviers de réduction et d’amélioration de l’usage des produits phytosanitaires, anticipation des retraits et identification des alternatives. La filière a élaboré une nouvelle stratégie technique sur 2020 – 2022, consacrant les 2/3 de ses moyens de recherche aux techniques alternatives. Une enquête réalisée auprès des producteurs sur leurs pratiques de désherbage a mis en évidence des évolutions significatives telles que l’usage du faux semis (1 parcelle / 2), le désherbage mécanique ou manuel (40% des parcelles en conventionnel). En effet, les professionnels n’ont pas attendu le plan de filière pour débuter leurs travaux. Depuis 2009, les travaux de recherche et d’expérimentation conduits activement par la filière permettent de dégager progressivement des leviers de réduction et d’amélioration de l’utilisation des produits phytosanitaires tout en garantissant une maîtrise des bio- agresseurs. La nature de ces leviers est multiple : outils d’aide pour raisonner la nécessité d’un traitement, solutions de biocontrôle, prophylaxie des parcelles, pièges, auxiliaires de culture, désherbage mécanique, faux-semis, paillage biodégradable, nouvelles variétés tolérantes aux maladies, virus, bactéries ou champignons antagonistes, stratégie d’évitement…
  • Actions de développement de filière pour accompagner le changement des pratiques.
  • Suivi collectif et évaluation des résultats : si les améliorations de pratiques sont engagées de longue date, il est parfois difficile d’en témoigner et de les objectiver collectivement afin de répondre aux questions légitimes de la société civile et politique. Forts de ce constat et désireux de faire reconnaître à leur juste place les efforts conséquents entrepris, les acteurs de la filière s’organisent désormais pour suivre et partager les informations, afin de pouvoir matérialiser, en transparence, la réalité de ces progrès. Ces actions ont également pour objectif de mieux appréhender les évolutions, au niveau agronomique et social, de ces nouvelles pratiques. Des éléments indispensables à une analyse complète de la durabilité et de la pérennité de ces pratiques.
Partagez ce contenu :
© Copyright UNILET 2021 – Réalisé par ADOCOM-RP
Click to access the login or register cheese